La demeure des Bourbons au colloque de la Diana

Aujourd’hui avait lieu à Montbrison un colloque sur le Forez et les Bourbon, organisé par la société historique et archéologique du Forez : la Diana.  

Parmi les 9 contributions, l’une d’entre elles nous concernait particulièrement : « Le château de Bouthéon et l’oeuvre des Bourbons ».  

 Christophe Mathevot, dont nous vous avions déjà parlé lors de sa venue sur le domaine en mars dernier, présenta une partie des résultats de ses travaux sur le château.  

 Il évoqua notamment :
- les traces du château primitif dont l’orientation différe de celle du château actuel,
- l’histoire de l’achat du château (sans la seigneurie) par Jean II, duc de Bourbon, pour en faire la demeure de son fils naturel, Mathieu,
- les travaux réalisés par un Mathieu de retour d’Italie et ayant les moyens financiers de ses ambitions architecturales, 
- la façade de l’aile nord du château, où l’archéologue montra ce qui pouvait être encore attribué à Mathieu de Bourbon (en proposant également une restitution de la frise alternant pot à feu, « M » de Mathieu et dextrochère)
- les pendants (clés de voute) dans cette même aile, qui révèlent une symbolique importante autour des Bourbons, avec une taille des pendants proportionnelle au rang des personnages. Certains éléments auraient pu être mis en place par le duc Jean II de Bourbon lui-même, père de Mathieu.  

 Finalement, selon Christophe Mathevot, l’aile nord du château de Bouthéon, à l’époque de Mathieu de Bourbon, était séparé en différents espaces :
- espaces en l’honneur du roi (salle dédié au roi Charles VIII au rez-de-chaussée, à l’étage au-dessus, le pendant n’est plus lisible mais les dimensions sont identiques aux pendants royaux),
- espaces en l’honneur des ducs (salle dédié à Jean II au rez-de-chaussée et salle au-dessus dédié à son frère Pierre II),
- espaces seigneuriaux dans la tour du belvédère (chambre de Mathieu de Bourbon au rez-de-chaussé, salle dédié aux « Anne » au 1er étage).    

     

Signalons que lors des échanges avec la salle, suite à la remarque de Christophe Mathevot sur l’omniprésence du pot-à-feu dans l’aile nord du château, symbole (militaire)  fort de Mathieu, une personne indiqua qu’un chercheur travaillant sur un tableau représentant un célèbre Bourbon avait fait l’hypothèse que les pots-à-feu symbolisaient les enfants illégitimes…   

 
 
Au colloque de la Diana, aujourd’hui…
 

Laisser une réponse

*